Aux côtés de nos soutiens et partenaires : Nicolas Perruchot (Président du Conseil départemental de Loir-et-Cher) et Pascal Bioulac (conseiller départemental du canton de la Sologne, président du Pays de Grande Sologne et maire de Lamotte-Beuvron). 

qui suis-je ?

Un enfant du pays

Issu d'une famille de Salbrisiens depuis de nombreuses générations, je suis né le 19 avril 1992 à Romorantin, l'année où mon oncle Jacky porta les couleurs de Salbris aux Jeux Olympiques de Barcelone en canoë. Formé moi aussi par le club de kayak de la ville, j'ai également eu la chance de porter le maillot salbrisien jusqu'au championnat de France dans une autre discipline, le tir-à-l'arc. J'y ai tout appris auprès de mon ami Michel Jouanneau, qui nous a malheureusement quitté il y a peu. Passé par les bancs de l'école maternelle de Saint-Georges où ma grand-mère Jeanine Avril (née Gillet) était institutrice, j'ai vécu des années heureuses à l'école primaire Louis Boichot dans les Cousseaux puis au collège Gaston Jollet.

 

Par mon histoire familiale, j'ai au coeur les heures de gloire comme les difficultés de Salbris : mon arrière-grand-père Alphonse Jacob fut l'un des industriels à l'origine de l'atelier de chargement en 1934 tandis que mon grand-père Gérard Avril était gardien à l'usine MATRA avant sa fermeture brutale en 2001. Par mon arrière grand-mère Madeleine Jacob qui a ouvert le Bazar de Sologne en 1955 puis par Ghislaine qui a tenu la librairie-papeterie jusqu'en 2004, mais aussi par mon grand-oncle Gérard qui travaillait à la Poste et s'occupait du club de tennis de table ou par ma grande-tante Nadette qui tenait un magasin de vêtements, j'ai connu la belle époque animée et chaleureuse de la rue du Général Giraud. Ma famille a aussi contribué à la création à la colonie de vacances des Raboliots avec Claude Beaulande, ou encore avec Liliane Codant à la collecte "Feux de Joie" pour les anciens, qui a donné aujourd'hui le Parrainage des Aînés de Salbris. 

 

C'est ce Salbris heureux, entreprenant et solidaire que je garde en mémoire pour essayer

d'inventer avec vous l'avenir de notre belle ville quelque peu endormie. 

 

Mon parcours scolaire et professionnel

Après mes années de lycée à Claude de France de Romorantin, où j'ai fait la connaissance de Jeanny Lorgeoux qui m'a vivement encouragé à poursuivre mes études, j'ai eu la chance d'intégrer le prestigieux lycée Henri IV à Paris en classes préparatoires littéraires (hypokhâgne) pour y étudier l'histoire, la littérature, la philosophie, l'allemand, le latin et le grec ancien. Après un premier échec, j'ai réussi en 2013 le concours d'entrée à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, devenant ainsi le deuxième "normalien" solognot de l'histoire après Maurice Genevoix. Ensuite, à HEC Paris, classée meilleure école de commerce de France, j'ai appris la gestion d'entreprise, la comptabilité ou encore la finance. Je me suis aussi spécialisé en droit public et en développement économique car je me passionne depuis longtemps pour la gestion des collectivités territoriales - qui nécessite, de plus en plus, de solides compétences juridiques.

 

Après avoir acquis des premières expériences au Sénat, puis auprès de l'ambassadeur de France aux Nations Unies à Rome ainsi qu'en banque d'affaires, j'ai créé mon entreprise en 2016, avec deux associés. Nous avons pu travailler pour de nombreuses collectivités et entreprises afin de réaliser leurs stratégie de développement économique sur des territoires comme Châlons-en-Champagne, Retz-en-Valois, Dreux, Saint-Amand-Montrond, et bien d'autres. Nous avons également travaillé deux ans pour la Banque des Territoires, dont nous étions chargé de rédiger le journal des maires de France, "Localtis". Cette expérience professionnelle m'a ouvert un grand réseau d'élus et de chef d'entreprises sur tout le territoire.

 

Aujourd'hui, je suis chercheur-assistant à l'École normale supérieure et au CNRS où je travaille sur les oeuvres de deux philosophes dont je suis spécialiste : Friedrich Nietzsche et René Girard. Il m'arrive de donner quelques conférences à Paris de temps à autre, ou de contribuer à des revues ou des ouvrages. 

 

Malgré tout, je n'ai jamais vraiment quitté Salbris et ne m'imaginais pas vivre ailleurs. C'est pourquoi je m'y suis réinstallé il y a deux ans, en me promettant de mettre mes compétences mais également mon amour profond de Salbris au service de notre ville. C'est ce que beaucoup d'entre vous m'ont incité à faire...

 

Un homme engagé

 

Il y a plus de deux ans, j'ai créé une plateforme de concertation citoyenne qui s'appelait "Le Projet Sologne". Cette plateforme a permis à près de 500 personnes d'exprimer leurs attentes, leurs avis et leurs besoin communes par communes. Cette initiative m'a permis de rencontrer tous les élus de la Sologne pour réfléchir avec eux à l'avenir du territoire et m'a donné envie de m'investir pour Salbris.

 

À présent, je souhaite consacrer les six prochaines années de ma vie, si vous nous faites confiance, à gérer, dynamiser et développer Salbris avec vous, tout en restant proche et à l'écoute comme je l'ai toujours été. Beaucoup d'entre vous me connaissent et savent combien j'aime le contact, l'échange et la discussion. 

 

Je suis admiratif de la nouvelle génération d'élus qui s'engagent pour leur territoire. Il y a tant à faire !

 

C'est pourquoi, pour défendre notre ville, pour l'adapter aux grands enjeux de demain et pour retrouver confiance dans l'avenir, il faudra se relever les manches et travailler ensemble. C'est ce que je vous propose.

 

Soyons, aujourd'hui, tous ensemble, unis pour Salbris.